Boatngo, l'interlocuteur unique pour simplifier la gestion de l'entretien de votre bateau.

Boatngo, l'interlocuteur unique pour simplifier l'entretien de votre bateau

Carénage bateau, pourquoi dois-je le faire tous les ans ?

Félicitations ! Vous êtes enfin l’heureux propriétaire d’un bateau de plaisance avec lequel vous intégrez la communauté des plaisanciers. Nul doute que vous tenez entre vos mains un véritable bijou contribuant à votre bien-être mais il va également falloir en prendre soin et donc bien l’entretenir.

C’est ici que l’eau devient trouble… En effet, un bateau nécessite de l’entretien, certaines actions ne sont nécessaires mais d’autres sont quasiment obligatoires comme le carénage. Le carénage représente les séries d’opérations d’entretiens à effectuer sur la coque de votre bateau.

Avant toute chose, il est nécessaire de comprendre l’environnement dans lequel navigue votre bateau car lorsque vous mettez votre bateau à l’eau, la vue doit être séparée en deux parties. On parle d’œuvres mortes pour indiquer toute la partie émergée de la coque et d’œuvres vives pour indiquer toute la partie immergée de la coque. Nous nous intéresserons ici, aux œuvres vives. Cette partie du bateau est plus vulnérable puisqu’elle est continuellement en contact avec l’eau, un environnement hostile dans lequel plusieurs acteurs viennent l’agresser.

Table des matières

Quand et pourquoi faire un carénage ?

Les signes d'alerte.

Il existe quelques signaux d’alerte qui permettent d’identifier et évaluer la nécessité de recourir au carénage ou non. Tel un iceberg, il a des signaux qui sont émergés et d’autres qui sont immergés.

Parmi les signaux émergés nous avons :

  • Baisse des performances du bateau qui semble plus lent que d’habitude.
  • Augmentation de la consommation du carburant sur les trajets habituels.
  • Baisse du confort de la navigation qui semble moins fluide.

 

Parmi les signaux immergés nous avons :

  • La présence de coquillages sous la coque.
  • La présence d’algues sous la coque.
  • La peinture qui s’écaille.

 

Si vous reconnaissez ces signaux avec votre bateau, sachez qu’il est impérativement nécessaire de procéder à un carénage de votre bateau.

Mais sinon, qu’est-ce que je risque ?

Un bateau c’est un gros jouet qui coûte cher et qu’il faut surtout bien entretenir. Il est évident que si vous n’en prenez pas soin il risque de se détériorer au fur et à mesure des années, perdant ainsi de sa vive allure et de ses performances. En tant que propriétaire d’un bateau de plaisance, vous vous devez de faire preuve de rigueur et entretenir votre bateau au bon moment, de sorte à ne pas vous retrouver débordés par les problèmes qui s’accumulent et ainsi éviter que votre plaisance ne se transforme en souffrance et que cela vous incite à abandonner votre navire.

Voici une liste non exhaustive des menaces principales :

  • Le sel qui détériore l’état général du bateau. 
  • Les algues et les coquillages s’attaquent à la coque. 
  • Perte de performances. 
  • Navigation inconfortable. 
  • Dégradation prématurée de la coque. 
  • Augmentation des charges et dépenses. 
  • Conséquences sur la sérénité du propriétaire. 
  • Pollution visuelle. 

Que me dit la réglementation ?

Le secteur de la plaisance n’est pas des plus écoresponsable. Face à la prise de conscience globale sur le thème du réchauffement climatique qui s’est accéléré ces derniers temps, les institutions se sont de plus en plus impliquées dans le cercle des plaisanciers afin de définir des frontières et réguler l’impacte néfaste sur l’environnement de certaines pratiques. En effet, lors du carénage par exemple, il y a des substances toxiques et chimiques, néfastes pour l’environnement comme pour l’homme (peinture, graisse, hydrocarbure…) qui se retrouve à la mer. Il est désormais interdit de pratiquer le carénage en échouant votre navire sur une plage ou un quai comme l’avaient pour coutume de faire certains plaisanciers.

Aujourd’hui si vous comptez faire un carénage pour votre bateau, vous devez impérativement vous rendre sur une aire de carénage car elles sont spécialement équipées pour traiter les eaux chargées de particules toxiques résultantes du carénage.

En bref, faire le carénage de votre bateau en dehors d’une aire de carénage est une infraction réprimée par une amende de 5e classe allant jusqu’à 1 500 euros avec plusieurs autres sanctions.

Comment faire un bon carénage ?

Les étapes à suivre.

Sortez votre navire de l’eau vers une aire de carénage.

Vous devez obligatoirement passer par le grutage pour sortir votre navire de l’eau puisqu’il est désormais interdit d’effectuer un carénage sur une cale.

Protégez-vous !

Protégez-vous en portant tout l’équipement nécessaire afin de ne pas vous mettre en danger avec inhalation les particules toxiques libérées dans l’air mais également pour pouvoir travailler dans de bonnes conditions.

Commencez à nettoyer la carène.

Commencez à passer le karcher en réglant minutieusement la pression de sorte à ne pas abîmer la coque tout en gardant une bonne distance. Grattez ensuite les derniers corps étrangers restants en faisant bien attention à ce qu’il ne reste plus rien sur la coque et si besoin, appliquez de la résine d’époxy pour réparer la coque et la rendre bien étanche.

Délimitez la zone à peindre avec de l’adhésif.

Appliquez de l’adhésif de sorte à éviter de déborder pour l’esthétique mais également pour la pratique puisque vous éviterez de mettre de la peinture sur les pièces métalliques (ex : l’hélice) ce qui peut perturber le passage du courant et créer des dysfonctionnements.

Appliquez l’antifouling.

Commencez à appliquer une peinture de bonne qualité tout en respectant la dose nécessaire sans chercher à en mettre trop ou pas assez.

Enlevez l’adhésif tout de suite après !

N’attendez pas que l’antifouling sèche avant de retirer l’adhésif car dans le cas contraire il risque de s’enlever avec l’adhésif.

Si besoin, changez les anodes.

Vérifier l’état des anodes et changez-les en cas d’usure. Pensez à anticiper les situations de ruptures de stock en pleine saison.

Laissez sécher l’antifouling.

Vérifiez et suivez le temps de séchage préconisé par la notice d’utilisation de la peinture.

Remettez votre navire à l’eau et NAVIGUEZ !

Plus votre bateau bouge, moins les coquillages et les algues s’y accrochent, donc enlevez-vous de la tête l’idée que votre bateau est à l’abri au port car justement c’est à ce moment que ces différents organismes passent à l’abordage.

La période et la fréquence propice pour un carénage.

Le carénage est quasi obligatoire à faire et la fréquence préférable est celle d’une fois par an. Une autre recommandation est de choisir minutieusement la période durant laquelle vous ferez votre carénage. En effet,  il est préférable de le faire avant la mise en eau de votre bateau ou suffisamment avant l’été afin d’éviter de le faire en même temps que tout le monde et affronter une attente interminable. De plus, cela contribuera à votre sérénité puisque vous aurez un bateau avec une fière allure et prêt à l’emploi pour la saison.

Important ! Les recommandations pour un bateau en parfait état ne s’arrêtent pas seulement au carénage.

Les 4 erreurs à ne SURTOUT pas faire !

Bâcler la préparation de la carène : Avant d’appliquer l’antifouling, il est ESSENTIEL de bien préparer la carène en passant parfaitement le karcher avec la bonne pression et la bonne distance (pas trop près). Il faut ensuite effectuer un bon grattage des derniers corps étrangers restants et prévoir une couche d’époxy en fonction de l’état de la coque. Remettre une couche sur une autre en sautant les étapes vues précédemment est une IMMENSE faute puisque les coquillages s’accrocheront encore plus à ces endroits.

Négliger la qualité de l’antifouling : Il existe plusieurs sortes de peintures spécialement dédiées pour les différentes parties de votre navire, si vous ne faites pas attention à choisir avec soin votre peinture, elle risque de ne pas tenir longtemps. De plus, une erreur très courante est d’appliquer un antifouling incompatible avec l’ancien comme le fait d’appliquer un antifouling à matrice dure sur un antifouling érodable. À l’œil, tout ira bien mais une fois le navire à l’eau, la peinture va se détacher plaques par plaques.

Abuser ou négliger la quantité d’antifouling : Il est IMPÉRATIF de bien respecter la quantité de peinture que vous utilisez.

    • Abuser : Au-delà de l’aspect financier, cela va crée une épaisseur inutile qui s’accumule avec le temps sur le support et vous obligera à réaliser un hydrogommage plus tôt que prévu.
    • Négliger : Tout le monde cherche à utiliser le moins de peinture possible pour faire des économies mais cela peut créer l’effet inverse. En cherchant à trop étirer la peinture, vous affaiblirez son pouvoir sur certaines zones, la peinture risque même de tomber.

Remettre le bateau à l’eau au mauvais moment : Remettre votre navire à l’eau au mauvais moment est une faute FATALE !

    • Trop tôt : La peinture sera inutile puisqu’elle n’aura pas eu le temps de sécher.
    • Trop tard : La peinture sera inutile puisqu’elle est restée trop longtemps dehors, ce qui modifie les composants de l’antifouling à la surface.

Ce qu’il faut retenir ! 

En bref, retenez simplement que votre bateau est un beau jouet qui peut vous apporter beaucoup de plaisirs cependant il nécessite un entretien régulier et attentionné. L’entretien de votre bateau ne doit pas être vu comme une corvée. Le carénage est une pratique très répandue parmi les plaisanciers. C’est un processus qui doit être fait avec sérieux, nécessitant une bonne préparation et une sélection du matériel pour sa réalisation mais également pour votre sécurité et celle de la nature.

BONUS ! Pour connaître tous les frais liés ou non à l’entretien d’un bateau, cliquez ici ! 

Appel Gratuit

au +33 4 93 53 84 13

ou

Laissez-nous vos coordonnées et nous vous rappelons dans les plus brefs délais.